Coupe arabe: Première de l’ESS ou troisième d’Al Hilal ?


L’ES Sahel fera face à un défi historique important jeudi à 14H50 au stade Hazaa Bin Zayed du club Al Ain aux Emirats Arabes Unis, en affrontant le club saoudien Al Hilal, en finale de la plus prestigieuse coupe arabe des clubs.

Le match s’annonce très disputé en raison de l’enjeu et de la valeur des deux représentants des écoles saoudienne et tunisienne. Les clubs saoudiens ont disputé 12 finales avec 8 titres alors que les équipes tunisiennes ont atteint la finale à 11 reprises et remporté 6 titres.

La formation sahélienne tentera de décrocher son premier sacre arabe alors qu’Al Hilal cherchera à remporter sa troisième couronne dans la compétition.

Bien rodé au plan africain où il avait remporté plusieurs titres, le club de Roger Lemerre sera déterminé à goûter à la consécration arabe après avoir perdu la finale de la coupe arabe des vainqueurs de coupe face au Club Africain en 1996.

Après une bonne victoire pour le moral face au Stade Gabésien (2-1), mercredi dernier en championnat de Ligue 1, qui lui a permis de consolider sa troisième place, le club tunisien a bénéficié de huit jours de repos, soit cinq jours de plus que son adversaire Al Hilal qui vient de se qualifier, lundi dernier pour la finale de la coupe arabe aux dépens de son compatriote Al Ahly aux tirs au but.

Le report de son quart de finale retour de la coupe de la CAF face au Hilal soudanais, au départ prévu dimanche dernier à Omdurman (Soudan) vient à point nommé puisqu’il a permis de ménager le groupe soumis à un rythme effréné en championnat et coupe de Tunisie, et en compétition continentale et arabe.

L’ES Sahel, porteur d’espoir du football tunisien après l’élimination de l’Espérance ST, tenante du titre, du CS Sfaxien et du C.Africain espère offrir au football tunisien un septième titre après les sacres des Sang et Or (3), des Sfaxiens (2) et des Rouge et Blanc (1) dans une compétition irrégulière et qui a connu plusieurs formules.

La tâche de l’ESS s’annonce délicate face à l’une des meilleures formations saoudiennes, arabes et asiatiques. Grâce à son expérience, la formation tunisienne a néanmoins des atouts à faire valoir pour briguer le titre tant convoité.

Pour ce faire, les Etoilés devront faire preuve de grande rigueur défensive alors que la réussite en attaque dépendra de leur capacité à exercer un bloc haut et de la rapidité d’exécution, à l’instar de la tactique d’Al Ahly, lundi dernier en demi-finale qui a mis à rude épreuve l’arrière-garde d’Al Hilal et lui a permis de l’emporter 1 à 0 grâce à un but inscrit au gardien Abdallah Al-Mayouf, qui semble avoir gagné la confiance de son entraîneur Zoran, préféré à l’Omanais Ali Al-Habsi.

La route vers la finale n’a pas été facile pour l’ESS après avoir éliminé le club jordanien Al-Ramtha en l’emportant sur l’ensemble des matches aller et retour (3-1), avant d’écarter les deux clubs marocains de Wydad Casablanca (0-0, 1-0) et de Raja (0-1, 2-0), avant de franchir l’avant-dernier obstacle en dominant Al Merreikh soudanais (1-0 et 0-0).

Après avoir laissé au repos les titulaires lors du dernier match face au S.Gabésien, le staff technique étoilé devrait renouveler sa confiance au groupe ayant disputé le quart de finale aller de la Coupe de la CAF face au Hilal, en alignant Makram Bdiri, Ziad Boughattas, Saddam Ben Aziza, Ammar Jemal (quoique ce dernier soit incertain), Amine Ben Amor, Karim Aouadhi, Maher Hannachi, Ahmad Raddaoui, Yassine Chikhaoui, Iheb Msakni et Hazem Haj Hassan.

Une victoire donnera des ailes aux protégés de Lemerre,cinq jours avant le match retour des quarts de finale de la coupe de la CAF devant l’autre Hilal soudanais, délocalisé à Suez, en Egypte en raison de la situation sécuritaire précaire qui prévaut au Soudan.

De son côté, Al Hilal saoudien, qui a accompli un très bon parcours cette saison et qui reste en course pour plus d’un titre à l’échelle locale, arabe et asiatique, postule pour un troisième titre arabe et le 9e du football saoudien qui détient le record des consécrations.

Avant d’écarter son compatriote Al Ahly en demi-finale (1-0 à l’aller, 0-1 au retour, 3-2 aux TAB), il avait éliminé au premier tour Chabab d’Oman (1-0, 1-0), puis Al-Naft irakien (4-0, 2-0) et Ittihad d’Alexandrie (3-0, 0-0).

La formation saoudienne compte un groupe très performant avec une défense très rigoureuse qui n’a concédé lors des éliminatoires qu’un seul et unique but, en demi-finale retour, préservant ses buts lors des 7 matches précédents, et une ligne d’attaque bien performante avec 12 buts marqués en 8 matches.

Le groupe compte notamment sur son attaquant français Bafétimi Gomis, 33 ans, qui a inscrit 4 buts en qualifications, et son milieu de terrain brésilien Carlos Eduardo (3 buts).

Le vainqueur de la finale touchera la coquette somme de 6 millions de dollars, tandis que le vaincu empochera 2,5 millions de dollars.