CSHL-ASG: ( 1-1) Gérard Buscher: Refus de gagner Kaïs Zouaghi: On méritait mieux

 
CSHL-ASG: ( 1-1)
 
Gérard Buscher: Refus de gagner
 
Kaïs Zouaghi: On méritait mieux 
 
Le municipal d’Hammam-Lif, connu par le temps de constituer un obstacle infranchissable pour les visiteurs quels qu’ils soient, serait-il devenu maudit pour les locaux du moment que depuis sa récente et non moins tardive  homologation cette saison, les verts n’y avaient récolté que des miettes? 
Pour la petite histoire voilà deux saisons, sur (11) matches à domicile, ils n’y totalisèrent  que trois petits  points! Certes les Hammam-Lifois sont réputés exceller dans la stratégie du contre qui leur réussit à merveille loin de leurs bases, mais delà à vendanger des occasions toutes faites et devant une cage pratiquement vide et un gardien totalement battu cela fait désordre.
 
Fadhel Ben Hamza « zappe » le match, une première ! 
 
Une singularité avant le début de la rencontre, le président Fadhel Ben Hamza se résolut à quitter ses poulains et à rebrousser chemin en guise de protestation à l’encontre du comportement du service d’ordre qu’il jugea inadéquat à son endroit . On aura tout vu…
 
La  » Zliza » conquérante
  
Débuts en fanfare de la rencontre avec une première belle opportunité des locaux pour passer devant ( 4′) par Tarek Khoudhaï annihilée par le gardien adverse Sedki Debchi en superforme cette saison. La réponse des « Menzéliens » ne se fit pas attendre ( 7′), Atef Mezni héritant d’une seconde balle provenant du gardien ouvre la marque pour la bande à Zouaghi (0-1). Je jeu se concentra par la suite au milieu du terrain avec cependant quelques escarmouches de part et d’autre ne portant point à conséquence notamment celles de Zied Ben Salem ( 15′) et Saifeddine Jerbi( 22′). 
 
Les verts remis en selle 
 
La reprise vit les locaux ,durement sermonnés par Buscher qui dut leur remonter vigoureusement les bretelles, revenir à hauteur de leurs vis-à vis d’emblée ( 50′) par l’inévitable Tarek Khoudhaï devenu leur sauveur ces dernières sorties ( 1-1). Main mise pratiquement totale des Hammam-Lifois sur la restant de la rencontre avec maintes nettes occasions pour passer devant mais toutes curieusement vendangées particulièrement celle offerte à la (90′) à Khoudhaï avec un ballon ne demandant qu’à être poussé  aisément au fond de la cage par le plat du pied mais qui rate l’aubaine  au grand dam de toute l’assistance. 
 
Gérard Buscher:
 
 » A Sfax nous avons adopté avec bonheur le bloc bas. Par contre à la maison,  nous avons opté pour le bloc haut et une domination totale de notre part. Mais allez comprendre avec cette succession de maladresses qui nous pénalisèrent lourdement. Des bêtises criardes avec un manque de finish désespérant. On progresse et le contenu est des plus satisfaisants mais on ne pèse pas devant en dépit d’un volume de jeu grandement appréciable. Les occasions sont là preuve indéniable que nous sommes performants mais au retour nous sommes très mal récompensés. Je dirais que nous avons fourni notre meilleure prestation mais à l’arrivée les miens ont inexplicablement refusé de gagner voilà tout. » 
 
Kaïs Zouaghi:
 
 » Trois sorties que je suis à la tête du club et à chaque fois je rate d’un iota une victoire qui me tend largement  les bras. Nous aurions pu et du tuer le match dès la première période pour dérouler tranquillement par la suite mais les ratages des miens en décidèrent autrement malheureusement. Nous allons continuer à travailler durement pour fuir les zones de turbulences et fort heureusement toutes les autres écuries menacées ont fait du sur place. Je demeure confiant quant à l’avenir proche des miens et nous allons tout mettre en oeuvre pour redresser la barre et assurer notre maintien. Pour conclure je persiste à penser que nous méritions nettement mieux mais c’est la loi du football et il faut s’y plier quoi qu’avec beaucoup d’amertume » 
 
Mohamed Sahbi RAMMAH