Ezeddine Ben Yakoub : Sami Tahri … la parole qui ne porte pas

 
 »Nous avons reçu le mail suivant de notre ami Ezeddine Ben Yakoub. Ce dernier n’a pas mâché ses mots envers l’UGTT et sa position contre le Gala de l’humoriste français d’origine juive tunisienne. »
Etre porte-parole, cela confère des droits et des devoirs. La parole est précieuse. C’est une arme pour certains, c’est un cortège de mots que l’on se doit d’écouter quand on aime la démocratie, la tolérance. Mais il y a des paroles qui ne portent pas. Même si elles émanent du porte-parole de l’UGTT, un syndicat pourtant respectable et digne des combats menés pour notre chère Tunisie. Nous voulons ici nous opposer farouchement aux idées et aux actes nauséabonds de Sami Tahri, justement porte-parole de l’UGTT.  Cet homme s’arroge le droit d’interpeller le Ministère de la Culture pour demander l’annulation d’un spectacle de Michel Boujenah, prévu le 19 juillet dans le cadre du prestigieux festival de Carthage à Tunis. Rien que ça ! Mais pour qui vous prenez-vous M.Tahri !
 
Michel Boujenah use de l’humour et de la fraternité à longueur de temps. N’est-il pas l’un des plus vibrants ambassadeurs de la Tunisie ! En France, il ne cesse de louer notre pays où il a vu le jour, le 3 novembre 1952, à Tunis. A l’image de Claudia Cardinale, de Patrick Bruel, d’Amir Haddad, Dany Brillant, et de tant d’autres, Elie Kakou, Raoul Journo, …  il vante sans qu’on lui demande le tourisme et la culture tunisiens. Et vous voulez l’interdire M.Tahri !   Mais qu’aurait donc fait ce si sympathique Michel Boujenah pour s’attirer les mauvaises grâces de Sami Tahri ? Il aurait, selon Sami Tahri, grand donneur de leçons, soutenu un gouvernement sioniste. Arrêtons tout : la Tunisie ne s’est jamais immiscée dans les affaires d’autres pays. Accueillir Michel Boujenah, c’est remercier un enfant de chez nous, un porte-drapeau d’une Tunisie libre, humaniste et solidaire.   Et, à l’heure où toutes les bonnes volontés s’unissent pour relancer notre économie, notre tourisme, à quoi servent ces vaines polémiques ? Si ce n’est à donner de l’importance à ce si transparent Sami Tahri.  
 
Alors désolé, cher Monsieur Tahri, votre parole c’est du vent qui ne porte nulle part. Nous aimons notre Tunisie pour toutes ses portes qu’elle ouvre. Nous chérissons le regretté Farhat Hached, icône de notre Tunisie et créateur de l’UGTT. Il vous sermonnerait certainement  Monsieur Tahri. Il vous apprendrait que l’on n’interdit pas un spectacle. Si on n’aime pas, on ne s’en sert pas pour tenter d’exister…. En vain. 
 
 
Azdine BEN YACOUB
Président de l’association CARTHAGE
Partager!