Genk champion de Belgique pour la 4e fois, Harbaoui probable Taureau d’or


Anderlecht n’aura pas été ridicule et aura même pris un point mérité, mais Genk est bel et bien champion de Belgique pour la quatrième fois de son histoire !

Que reste-t-il à Anderlecht cette saison ? La cinquième place, pas encore assurée et alors qu’il faut encore se déplacer à Gand dimanche, certes. Mais aussi une forme d’égo à rafistoler pour terminer la saison avec un goût moins amer en bouche. Pour ce faire, retarder le titre de Genk et empêcher les Limbourgeois de fêter à Bruxelles ce à quoi les Mauves n’ont jamais pu rêver cette saison serait une forme de consolation.

Il y avait aussi une petite revanche à prendre : le déplacement à Genk, durant lequel les hommes de Fred Rutten avaient été balayés, avait lancé les playoffs désastreux d’Anderlecht. Et cette fois, clairement, c’est une autre histoire : Anderlecht n’est pas ridicule, fait circuler le ballon avec une fluidité appréciable. Bolasie semble retrouver un peu de son allant, Saelemaekers et Verschaeren combinent bien et Trebel, très critiqué jusqu’ici, sort sa meilleure première période en playoffs. 

Mais voilà, ce Genk n’est pas là où il en est par hasard et reste nettement au-dessus. Il suffit d’une première phase menée à son terme : Maehle est trouvé sur le côté et Bryan Heynen est à la réception du centre pour une finition remarquable (11e, 0-1). Bolasie répond immédiatement et trompe presque Vukovic (12e), mais la domination limbourgeoise est ensuite totale. 

Thomas Didillon parviendra à éviter que Genk prenne le large : d’abord en face-à-face avec un Leandro Trossard remuant (20e), puis sur un coup-franc lointain et vicieux de Malinovskiy (28e). Anderlecht plie, mais ne romp pas et répond même : Santini trouvera le poteau sur un excellent travail de Cobbaut (44e). 

Et alors qu’en seconde période, Junya Ito puis Aly Samatta manquent d’abord de porter l’estocade, Anderlecht prouvera son mental retrouvé en ne baissant pas les bras : sur un excellent centre d’Alexis Saelemaekers, Yannick Bolasie place sa tête hors de portée de Vukovic (1-1, 65e). Une égalisation méritée pour les Bruxellois qui avaient déjà alerté le portier de Genk via Santini un peu plus tôt. 

Pas le temps de stresser pour les supporters limbourgeois : dans la foulée, à Liège, le Standard transforme un penalty et la tribune visiteurs exulte quand Marin le transforme. Même le public anderlechtois se réjouit du but encaissé par Bruges. Subitement, le résultat convient à tout le monde. 

Genk aurait certainement préféré aller chercher son titre avec une victoire, mais ne fera pas la fine bouche : Didillon frustre encore Samatta qui risque fort de ne pas être Taureau d’Or au profit du Tunisien Hamdi Harbaoui qui le précède de deux buts (74e). Anderlecht aurait même pu aller chercher le hold-up en toute fin de rencontre, mais se satisfera également d’un résultat que peu auraient imaginé quelques semaines plus tôt après le déplacement à la Luminus Arena. 

Et au coup de sifflet final (voire un peu avant vu le 2-0 rouche), le public du Parc Astrid ne peut de son côté qu’applaudir aussi ce magnifique champion qu’est le Racing Genk, un champion qui aura joué son football de la première à la dernière journée et aura tenu bon dans la dernière ligne droite.