La CAF pointe du doigt Charef, Carteron et Azaro

Auteur d’une prestation catastrophique en finale aller de la Ligue des champions africaine vendredi dernier malgré la présence de la VAR, l’arbitre algérien Mehdi Abid Charef risque d’être sanctionné par la Confédération africaine de football (CAF), tout comme l’entraîneur d’Al Ahly, Patrice Carteron.
Dans un article publié sur son site officiel, l’instance dirigeante du football africain a en tout cas pointé du doigt le comportement des deux hommes jeudi.

« Le Président de la Confédération Africaine de Football Ahmad a procédé à l’ouverture de la réunion de la Commission Technique et Développement qui s’est tenue le 8 novembre 2018 au Caire », écrit d’abord la CAF. « Au regard des actualités : violences dans les stades, arbitre qui refuse le VAR, joueur qui déchire son maillot devant son entraîneur complice… le Président a réaffirmé sa volonté de continuer à entreprendre les différentes réformes. »

Autant dire que des sanctions pourraient bientôt tomber.
Pour rappel, Patrice Carteron a été convoqué par la commission de discipline de la CAF dans le cadre d’une autre affaire.