La Tunisie au paradis !

 
En s’imposant 3-1 sur le fil face à la Guinée, la RD Congo termine les éliminatoires du Mondial 2018 à un point du leader, la Tunisie. Mais ce sont bien les Aigles de Carthage, accrochés par la Libye (0-0), qui iront en Russie.
Mission accomplie pour la Tunisie ! Douze ans après leur dernière participation à une Coupe du monde en 2006, les Aigles de Carthage seront en Russie l’année prochaine puisqu’ils ont décroché le point nécessaire à leur bonheur samedi contre la Libye (0-0) à l’occasion de la dernière journée des éliminatoires du Mondial 2018.
 
Portés par un stade de Radès coloré et chauffé à blanc, les locaux prenaient d’entrée les choses en main et le gardien adverse, Nachnouch, devait s’employer pour repousser la reprise de Meriah. D’un lob audacieux, Khazri frôlait également le cadre. Les deux équipes faisaient ensuite preuve de déchet technique et le rythme baissait un peu. Msakni tentait sa chance mais sa frappe manquait de puissance.
 
Un mur nommé Nachnouch
 
Pas très inquiétée hormis sur deux contres libyens, la Tunisie appuyait à nouveau sur l’accélérateur avant la pause, mais la reprise de Khenissi passait au-dessus, puis Nachnouch était encore à la parade face à Badri. Au retour des vestiaires, les Chevaliers de la Méditerranée ne passaient pas loin du hold-up à deux reprises mais Mathlouthi était à la parade. Piqués par ce réveil adverse, les hommes de Nabil Maaloul repartaient de l’avant mais l’infranchissable Nachnouch écœurait encore Msakni puis Chaalali. Qu’importe puisque ce point suffit au bonheur de la Tunisie qui termine avec une petite unité d’avance sur la RD Congo, victorieuse de la Guinée 3-1 en vain…
 
En effet, même si le public du stade des Martyrs, conscient que la situation était très mal embarquée, n’a pas été au rendez-vous, les hommes de Florent Ibenge se sont arrachés pour décrocher un succès laborieux mais qui prouve qu’ils n’ont rien lâché jusqu’au bout. Face au Syli National, déjà éliminé et remanié, les Léopards se montraient dangereux les premiers, mais la tête de Bolingi passait au-dessus. Peu à peu, les visiteurs commençaient toutefois à riposter en contre et Kamano, après une belle infiltration, chauffait les gants de Matampi.
 
La RDC n’a rien lâché
 
Malgré leur domination dans le jeu, les Congolais se faisaient peur en contre et sur quelques relances complètement ratées et Matampi devait s’employer pour détourner un corner adverse. La RDC répliquait par Mubele, mais le Rennais manquait le ballon dans la surface… La Guinée terminait mieux le premier acte et Matampi devait encore repousser après une percée d’Alkhaly Bangoura. C’est une nouvelle fois le gardien des Léopards qui était à la parade au retour des vestiaires. Les locaux repartaient ensuite de l’avant et ils finissaient par virer en tête sur un but contre son camp de Sidibé (1-0, 61e). Mais Kebano manquait le break de la tête et Keita Junior, lancé en profondeur, égalisait dix minutes plus tard (1-1, 71e).
 
Malgré ce but qui compromettait encore un peu plus leurs rêves de Russie, les Congolais ne lâchaient rien et arrachaient le succès grâce à un penalty de Bolingi (90e+2) puis un but de Kebano (90e+3), lancé en profondeur. La RDC termine à un petit point de la Tunisie. Très clairement, les regrets congolais porteront sur la double confrontation entre les deux équipes en septembre (2-1 pour les Tunisiens à l’aller, 2-2 au retour) où la différence s’est faite.
 
Partager!