Le classico tourne au cavalier seul des Sang et Or

 
 
L’Espérance ST a renoué avec les titre en remportant avec brio son 26e titre de champion de Tunisie après avoir détrôé l’ES Sahel, champion sortant, sur le score de 3 à 0, dans le match décisif de la 10e et dernière journée play-off de la Ligue 1, disputé jeudi à Radès devant des dizaines de milliers de supporters “sang et or”.
 
L’Espérance ST termine en tête du play-off avec 26 points devant l’ES Sahel (22 pts), tous les deux qualifiés pour la Ligue des champions 2018.
 
Le C.Africain, vainqueur de l’ES Metlaoui (2-1), a terminé à la 3e place qualificative pour la coupe de la CAF avec 16 points devant le CS Sfaxien (12 pts) après avoir battu 2 à 0 l’US Ben Guerdane qui ferme la marche avec 1 seul point.
 
C’est le 26e titre de champion de Tunisie remporté par l’Espérance ST après l’indépendance, record national, après avoir été couronnée en 1959, 1960, 1970, 1975, 1976, 1982, 1985, 1988, 1989, 1991, 1993, 1994, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2006, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2014. Le club “sang et or” compte un premier titre remporté avant l’indépendance en 1942.
 
La finale du championnat, suivie par un public record, pour la majorité des supporters “sang et or”, n’a pas tenu ses promesses. L’Espérance ST a très vite pris la mesure de son adversaire, inscrivant deux buts en première période par Chaalali et Machani qui ont ôté le suspens avant de faire le break en seconde période en ajoutant un troisième but par Khenissi, rendant impossible la tâche du champion sortant d’autant qu’il a dû jouer à dix contre onze après l’expulsion de Brigui pour somme d’avertissements à la 63.
 
Très attentistes durant les dix premières minutes, enjeu oblige, les deux formations élevaient ensuite le rythme de jeu.
 
L’Espérance ST, fidèle à sa tactique du pressing tout azimut, acculait souvent l’ES Sahel dans sa zone, un scénario qui lui était de nouveau bénéfique puisque Ghilaine Chaalani donnait l’avantage à son équipe dès la 14e minute en trompant Ben Cherifia d’un tir tendu à raz de terre en profitant d’un dégagement approximatif de la tête d’un défenseur étoilé.
 
Du coup l’Espérance ST, dont un nul suffisait à son bonheur pour conserver le titre, compliquait la tâche à son adversaire, tenu impérativement d’égaliser puis de reprendre l’avantage pour espérer coiffer au poteau sont grand rival.
 
Mais le jeu restait en faveur des “sang et or” qui maintenaient leur étreinte sur la défense adverse. Les Etoilés, plus timorés, n’inquiétaient guère l’arrière garde espérantiste où Ben Cherifia n’a pas eu à trop se dépenser pour contrer l’adversaire.
 
Plus réaliste et plus déterminante, l’Espérance ST prenait option pour le titre en consolidant son avantage à la 31 sur un joli but de Ali Machani qui reprenait rageusement de la tête dans les filets un tir de coup franc de Khalil Chammam qui prenait de court Aymen Mathlouthi.
 
Rarement portée à l’offensive, l’ES Sahel subissait nettement l’ascendant de son adversaire soutenu par des dizaines de milliers de supporters.
 
Les “sang et or” mettaient en effet à rude épreuve les Etoilés, à l’image de Fakhreddine Ben Youssef, très court en pleine surface de réparation, qui ratait à la 40 une excellente occasion de tripler la marque et Machani qui faillit rééditer sa performance du 2e but en reprenant toutefois de la tête au dessus des buts (43).
 
Le club de Bab Souika regagnait les vestiaires avec un précieux avantage de deux buts alors que l’ES Sahel semblait consciente de l’ampleur de la tâche qui l’attendait en seconde période.
 
Mais à la reprise, l’Espérance ST dissipait les dernières illusions de son adversaire en inscrivant un troisième but à la 50e par Taha Yacine Khenissi, idéalement servi par Ferjani Sassi, qui ne laissait aucune chance au gardien Mathlouthi d’une puissance frappe croisée et obligeait la formation sahélienne à inscrire 4 buts sans en encaisser d’autres pour espérer conserver son titre.
 
La tâche devenait carrément impossible pour l’ES Sahel après l’expulsion de Alya Brigui pour avoir écopé à la 63 d’un deuxième carton jaune.
 
Très sereins, les coéquipiers de Ben Cherifia gérait ensuite le reste de la mi-temps sans forcer, les Etoilés se montrant rarement menaçants, à l’instar de Bedoui dont la reprise de la tête était déviée en corner.
 
Mais le danger venait toujours des “sang et or”, à l’image de Fakhreddine Ben Youssef qui obligeait Mathlouthi à une belle parade sur un tir enveloppé (72). Les coéquipiers de Ferjani Sassi appliquant un pressing haut ont asphyxié leurs adversaires et auraient pu corser l’addition s’ils avaient fait preuve de plus d’application, se contentant finalement d’une large victoire de 3 à 0 pour remporter haut la main un nouveau sacre national.
 
Faouzi Benzarti, limogé à mi-parcours par l’ES Sahel, relève ainsi un défi au plan personnel en décrochant le titre avec l’Espérance ST qu’il avait déjà conduite au triomphe à quatre reprises en championnat de Tunisie lors des saisons 1994, 2003, 2009 et 2010. C’est le 9 titre de sa carrière en championnat.
 
Le club tunisois a bien mérité son nouveau sacre pour avoir nettement dominé le championnat avec une seule et unique défaite concédée devant le C.Africain lors de la première phase du Groupe B (0-1). Au play-off, elle a réussi un parcours sans faute avec 8 victoires, 2 nuls et aucune défaite.
 
Au terme de la rencontre, le trophée a été remis au capitaine de l’Espérance ST dans une grande liesse des milliers de supporters du champion de Tunisien avant un tour d’honneur des joueurs de l’équipe longuement ovationnée pars ses fans massés sur les gradins du stade de Radès.
 
L’Espérance ST va se concentrer maintenant sur son prochain match de la Ligue des champions d’Afrique, le 23 mai en déplacement, face à Saint George d’Ethiopie.
 
Tout en gardant le cap en compétition nationale sur la coupe de Tunisie où elle disputera la demi-finale, le 28 mai face à l’US Ben Guerdane, avec l’espoir d’atteindre la finale et tenter de briguer le doublé.
Partager!