Martinez: « La Tunisie maitrise la contre-attaque »

 
 
Le sélectionneur de la Belgique, Roberto Martinez, a estimé vendredi, en conférence de presse, que le match contre la sélection tunisienne, prévu samedi au stade de Spartak (Moscou) pour le compte de la 2e journée (Gr.G) de la Coupe du monde 2018 en Russie (14 juin – 15 juillet), sera un match difficile à négocier.
 
Selon Martinez, son équipe est appelée à faire une prestation meilleure que celle fournie contre le Panama, “d’autant que la sélection tunisienne est une formation respectable qui compte des joueurs de qualité à l’instar de Naim Sliti et Ouahbi Khazri”.
 
“L’équipe de Tunisie a démontré lors des matchs de préparation, particulièrement ceux disputés contre le Portugal et l’Espagne ainsi que lors de son premier match dans le Mondial contre l’Angleterre, qu’elle est bien organisée et qu’elle maitrise les contre-attaques”, a-t-il poursuivi.
 
Pour Martinez, “la sélection tunisienne est un adversaire dont il faut se méfier, d’où la nécessité pour nous d’améliorer notre taux de possession de la balle afin d’imposer notre rythme de jeu”.
 
Sur l’état de santé de ses joueurs, le sélectionneur belge a fait savoir qu’à l’exception de Vincent Kompany et de Thomas Vermaelen, tous les joueurs sont à la disposition du staff technique, “ce qui offre certes des solutions mais ne manquera pas de rendre le choix du onze titulaire difficile”.
 
Interrogé sur la disposition de l’attaquant Lukaku à terminer meilleur butteur de la compétition, Martinez a déclaré qu’il est un excellent attaquant et qu’à l’instar des auteurs joueurs, il a un rôle à jouer au sein de l’équipe “pour nous aider à réaliser un bon parcours”.
 
“Nous cherchons à instaurer une nouvelle mentalité au sein de la sélection belge en mettant chacun au service du groupe”, a lancé Roberto Martinez.
 
De son côté, le milieu de terrain belge Axel Witsel a estimé que la rencontre sera difficile sur le plan physique “car la sélection tunisienne jouera toutes ses chances pour espérer se qualifier au second tour”.
 
“Aucun match n’est facile et chaque confrontation à sa vérité comme le prouve certains résultats de ce mondial, ce qui nous pousse à rester concentrés et à jouer sur nos points forts”, a souligné Witsel.
 
Pour ce qui est de la présence du champion du monde 1998, Thierry Henry, dans le staff technique belge, Axel Witsel explique que sa présence est de nature à donner davantage de confiance à l’équipe eu égard à son expérience.
 
“En comparaison avec le Mondial de 2014, notre sélection affiche plus de maturité et plus d’harmonie”, a-t-il encore renchéri.