Que serait Al Ahly sans les arbitres de la CAF ?

 

Encore un arbitre qui fait basculer un match africain en faveur du club égyptien d’Ahly d’Egypte ! Un de plus. Un de trop. Tel est,  le principal enseignement de cette première manche de la finale de Ligue des Champions Africaine opposant l’Espérance Sportive de Tunis au club Cairote.

 L’homme de la finale aller a donc été incontestablement l’arbitre « algérien » Mehdi Abid Charef  qui a  suscité une vive polémique en offrant deux penaltys à l’équipe hôte.

Le comble de l’ironie c’est que Mehdi Abid Charef avait eu recours à la VAR (video assistance refereing), technologie expérimentée par la CAF pour la deuxième fois après la Supercoupe d’Afrique entre le TP Mazembe et le WA Casablanca, après avoir été interpelé par ses assistants à l’oreillette dans une salle du stade Borg Al Arab d’Alexandrie.

Sur le premier but égyptien, l’arbitre « algérien » fait passer et repasser les ralentis qui témoignent clairement que l’attaquant marocain Azarou avait simulé mais il a honteusement maintenu sa décision.

Sur le dernier but de la rencontre c’est encore le comédien marocain Azarou qui obtient un penalty imaginaire. Ce qui a valu de nombreuses critiques à l’arbitre algérien de 37 ans, même de la part de certains médias et observateurs égyptiens qui ont reconnu qu’il a honteusement volé l’EST.

المداخلة الكاملة| تعليق رضا عبد العال علي الفوز الساحق للأهلي علي الترجي

المداخلة الكاملة| تعليق رضا عبد العال علي الفوز الساحق للأهلي علي الترجي

Gepostet von ‎AlHadath Alyoum -الحدث اليوم‎ am Freitag, 2. November 2018

 Néanmoins malgré ce scandale, nous espérons que l’Espérance n’a pas dit son dernier mot car le but de Youssef Belaïli (64′), la réaction face à l’injustice et la grinta face sont des facteurs qui peuvent nous permettre de croire au miracle.  

Hamza Ben Mrad