Un plan complémentaire pour éradiquer le phénomène de la violence

 
 
“Le ministère veille à mettre en place un plan d’action complémentaire pour éradiquer le phénomène de la violence dans le sport”, a assuré mercredi la ministre de la Jeunesse et du Sport, Majdouline Cherni.
 
“Le succès du plan est tributaire du facteur de la confiance entre les différentes parties intervenantes, en l’occurrence public, sécuritaires, structures sportives, clubs et autres comités de supporters”, a-t-elle encore expliqué.
 
Intervenant à la clôture des travaux de la conférence nationale sur “le plan du ministère pour lutter contre la violence et le fanatisme dans le sport”, Cherni a toutefois souligné le souci de son département de voir le public reconquérir les stades cette saison.
 
De son côté, le secrétaire d’Etat au Sport, Imed Jabri a indiqué que la violence est désormais la principale préoccupation des responsables dans le domaine du sport et que le ministère veille, pour ce faire, à adopter une approche exhaustive et participative impliquant tous les intervenants et qui déboucherait sur une série de recommandations pragmatiques.
 
Pour sa part, le secrétaire d’Etat à la Jeunesse, Abdelkoddous Saadaoui a expliqué que la finalité de l’actuelle conférence est d’établir une nouvelle relation de confiance entre le public et les forces de sécurité.
 
Il s’agit également de promouvoir l’infrastructure sportive et d’encadrer le public et les supporters.
 
Les travaux de la conférence ont été l’occasion d’évoquer le plan de communication et de sensibilisation à la lutte contre la violence, le vandalisme et le fanatisme sportif et de présenter le projet de loi organique relatif à la lutte contre les actes de vandalisme et le fanatisme dans le domaine du sport.
 
La conférence a, en outre été ponctuée par la diffusion de séquences vidéos retraçant des scènes de violence et par la présentation du programme de formation des “encadreurs du public sportif” et d’un nouveau système de vente des billets électroniques et des billets en ligne.