Wenger et Arsenal: c’est fini !

L’entraîneur français, contesté par les supporteurs, quittera le club en fin de saison. En vingt-deux saisons à Arsenal, il a révolutionné le football anglais.

A l’humiliation d’un licenciement, Arsène Wenger, entraîneur légendaire et orgueilleux, a préféré un départ à la première personne :
« Après mûre réflexion et après des discussions avec le club, j’estime qu’il est temps pour moi de démissionner à la fin de la saison. Je suis reconnaissant d’avoir eu le privilège de servir le club durant tant d’années mémorables. J’ai dirigé le club avec un engagement et une intégrité absolus. »
Ainsi l’obstiné Arsène Wenger a-t-il mis un terme, sous pression de la direction d’Arsenal et à un an de la fin de son contrat, à son aventure hors norme à la tête du club anglais. Arrivé en parfait inconnu (« Arsène who ? », titrait le perfide Evening Standard au lendemain de sa nomination en septembre 1996), l’Alsacien au regard sévère aura passé vingt-deux saisons sur le banc du club londonien. Depuis la retraite de son meilleur ennemi, sir Alex Ferguson (Manchester United), en 2013, cette longévité en faisait un cas à part dans le football de haut niveau. En Angleterre, la durée de vie d’un manageur est de quatorze mois.

Ce dénouement était espéré par la majorité des supporteurs d’Arsenal, qui le préfèrent désormais en statue devant l’Emirates Stadium que sur le banc. Le slogan « Wenger out », affiché de toutes les manières possibles dans les tribunes et jusque dans le ciel londonien, tracté par un avion, divisait les fans jusqu’à la saison en cours. Au fil des défaites de 2018, les supporteurs se sont mis d’accord : la seule issue était une séparation. Dans quelques semaines, Arsenal ratera pour la deuxième année de suite la qualification en Ligue des champions. Les Gunners, sixièmes de Premier League, sont en route vers leur pire classement sous l’ère Wenger.

La Premier League lui doit tant
Le chiffre dit un peu de ce que l’Alsacien de 68 ans a apporté au club – une stabilité remarquable dans les hauteurs du football anglais –, mais il ne raconte pas tout : le jeu rapide et léché, qui n’existait pas en Angleterre avant lui, la saison d’invincibilité en 2003-2004 (série de 49 matchs sans défaite, le record tient toujours), l’ouverture sur le monde et le goût de la post-formation de jeunes joueurs. L’amour de la Premier League pour la France vient de lui, et les Bleus lui doivent Henry, Vieira, Wiltord, Pirès, Petit, Anelka, Gallas, Nasri ou Koscielny.

Il avait beau être fils de bistrotiers, l’ascétisme de l’ancien joueur de Strasbourg collait mal avec l’image d’Arsenal, ses défenseurs britishs portés sur le houblon et son système de jeu consistant le plus souvent à balancer le ballon devant. David Dein, le vice-président d’Arsenal qui le recruta, avait observé lors de leur première rencontre dans une loge d’Highbury en 1989 : « Il était très élégant et ne ressemblait pas à un entraîneur de foot normal. (…) J’ai pensé que ce type avait la classe. Il est différent. Arsène parlait cinq langues, avait un diplôme d’économie, avait étudié la médecine et n’était clairement pas la caricature du joueur devenu entraîneur. »

Le coup de l’entraîneur polyglotte avait bien fait rire sir Alex Ferguson – « j’ai un joueur ivoirien de 15 ans qui parle aussi cinq langues » –, qui ne riait plus au bout de quelques mois, quand Wenger imposait déjà sa patte à Arsenal. L’intellectuel de Duttlenheim (Alsace) laissera dans l’armoire à trophées des Gunners trois titres de champion et sept Coupes d’Angleterre. C’est beaucoup moins que le prolétaire de Glasgow, mais au concours de celui ayant le plus contribué à faire de la Premier League le meilleur championnat du monde, Wenger sort vainqueur.

L’Europe s’est refusée à lui : rarement gâté par le tirage au sort dans les derniers tours de Ligue des champions, il s’est souvent arrêté en huitièmes de finale et n’a disputé qu’une fois le titre, battu (2-1) par le FC Barcelone de Ronaldinho au Stade de France en 2006. La Ligue Europa, dont Arsenal disputera les demi-finales face à l’Atlético Madrid le 26 avril et le 3 mai, peut encore lui offrir une sortie par le haut.

Insuffisant, estiment les supporteurs, qui commençaient à déserter l’Emirates Stadium ces dernières semaines – un fardeau financier qui aura fini de faire céder le propriétaire américain Stan Kroenke. Soutien indéfectible de Wenger malgré les pressions de la presse et des tribunes, celui-ci a rendu hommage au technicien français vendredi :

« C’est l’un des jours les plus douloureux de toutes nos années passées dans le monde du sport. L’une des raisons principales pour lesquelles nous avons investi dans Arsenal était l’apport d’Arsène dans ce club, sur le terrain et en dehors. (…) La classe d’Arsène est inégalée et nous lui sommes redevables à tout jamais. (…) Il a transformé l’identité de notre jeu et du football anglais par sa vision du jeu. »

Précurseur
De fait, arrivé du Japon sous les regards moqueurs, le Français à la dégaine de prof d’histoire se révéla précurseur : premier entraîneur non britannique sacré champion d’Angleterre, dès son deuxième exercice (1998), premier entraîneur à aligner en Premier League une équipe sans joueurs anglais – remplaçants compris.

Le succès de sa première décennie au club n’a rien fait pour éroder sa confiance en lui. Arsène knows best (Arsène sait), disait-on dans les cercles des supporteurs d’Arsenal, et c’était pour une fois au premier degré. L’intéressé semblait parfois évoluer hors sol, rétif à toute remise en cause personnelle et semblant croire que son talent lui permettrait de surmonter le décalage financier avec ses adversaires. C’est parce que sa relation avec le club était fusionnelle, au point que les rouge et blanc soient rebaptisés « Arsènal ».

Toujours un œil sur les finances de son club et sur l’évolution du football mondial, Wenger déplorait l’inflation du coût des transferts et le recours permanent au mercato comme moyen de faire progresser une équipe. Il avait, jusqu’à peu, gardé comme credo de ne pas payer un joueur au-delà d’un certain montant hebdomadaire ; il pensait que ses vedettes – Nasri, Fabregas – n’oseraient pas le quitter. Désireuses de gagner plus de livres et de trophées, elles partaient évidemment.

Lui-même avait cédé à la folle course aux dépenses, ces dernières années, mais avec l’Alsacien, les finances de l’actionnaire étaient sous bonne garde : sans dépenses somptuaires, Wenger garantissait chaque saison (jusqu’en 2017) une qualification pour la lucrative Ligue des champions et il avait accompagné, après la fermeture d’Highbury, le défi de la construction du nouveau stade avec les économies du club.

C’est cette contrainte économique, dès 2006, qui avait signé le basculement de la carrière du Français à Arsenal. Lui se satisfaisait de faire les meilleurs résultats possibles dans un cadre financier contraint, les supporteurs ne voulaient plus retourner aux saucisses après avoir mangé tant de caviar, pour reprendre sa métaphore culinaire. Dans quelques semaines, sauf victoire en Ligue Europa, Arsenal ratera pour la deuxieme année de suite la qualification en Ligue des champions.

Stan Kroenke lui offrait l’un des meilleurs salaires de Premier League pour un entraîneur et Wenger, sollicité par exemple par le Paris-Saint-Germain version qatarie, n’avait jamais poussé bien loin les négociations pour un départ. Il envisageait de finir sa carrière dans le club du nord de Londres. Dans son communiqué de départ, il n’évoque pas la suite.

Régulièrement poussé à la retraite par la presse anglaise, Wenger avait eu l’occasion d’affiner ses formules sur la question. En 2009 : « Pas un seul jour, je me suis dit que je pourrais vivre sans le football. Je sais que ça arrivera un jour. Mais vous ne pouvez vivre en vous disant que vous allez mourir. Vous vivez en sachant que vous voulez vivre. »