Du travail attend encore les Aigles

La sélection tunisienne de football, qui s’est qualifiée lundi soir pour les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations Egypte 2019 aux dépens du Ghana aux tirs au but 5-4 (1-1 au terme du temps réglementaire), a enfin retrouvé sa vitesse de croisière après un début timide dans le tournoi où elle a concédé 3 nuls en phase de poules devant l’Angola, le Mali et la Mauritanie.

Les Aigles de Carthage ont fourni lundi soir (8 juillet) un bon rendement aussi bien au plan individuel que collectif dans un match emprunt de combativité et marqué par un grand suspense qui a mis à vif les nerfs du public tunisien et la délivrance s’est faite lors de la séance des tirs au but et grâce au gardien Farouk Ben Mustapha qui a repoussé le penalty d’Ekuba, offrant ainsi la qualification pour les quarts de finale ce jeudi face à Madagascar, l’une des surprises de cette CAN.

Cette victoire de la Tunisie est également une belle revanche sur cet adversaire et a brisé le signe indien qui la poursuit, l’équipe n’ayant jamais battu par le passé, les Black Stars (six défaites et un match nul).

Le sélectionneur Alain Giresse, conscient que la qualification ne pouvait passer qu’en procédant à quelques changements dans la formation, notamment dans le milieu de terrain qui a été renforcé par trois joueurs -Lyes Skhiri, Ghilaine Chaalali et Ferjani Sassi- pour fermer les espaces aux ghanéens, redoutables dans ce compartiment. Une tactique qui s’est révélée payante puisqu’elle à donné plus d’animation à l’entre-jeu et a permis aussi de neutraliser le danger qui venait des frères Ayew et Barti.

Le bon placement des joueurs sur le terrain et leur discipline ont permis aussi à l’équipe de remporter ce match à élimination directe outre la grande détermination et la combativité affichées pendant les 120 minutes. Un visage rassurant montré par les joueurs pour la première fois depuis le coup d’envoi du tournoi et qui étaient déterminés à se réhabiliter et faire honneur au public sportif tunisien très déçu par leur rendement au premier tour.

L’entraîneur Ferid Ben Belgacem a fait remarquer à ce propos que “l’équipe nationale a disputé un match très fort face au Ghana. Les joueurs ont montré qu’ils ont du caractère et une forte personnalité après les nombreuses critiques lancées au premier tour. Le Ghana a joué haut surtout en fin de match et c’est pour cela que nous avons décidé d’incorporer le défenseur central Rami Bedoui pour aider à éloigner le danger de ce balles aériennes mais il a été malchanceux et à trompé son propre gardien” a-t-il souligné.

Le gardien Mouez Hassan s’est d’ailleurs illustré de nombreuses fois en stoppant de justesse les tirs puissants des Ghanéens qui maintenaient leur pression pour tenter de faire craquer les hommes d’Alain Giresse.

Autre point positif à retenir, la bonne forme physique et mentale des joueurs. Malgré le but de l’égalisation encaissé en fin de match l’équipe tunisienne a réussi a tenir le coup dans les prolongations et à bien défendre son camp souvent menacé par les athlétiques ghanéens.

Du travail attend encore le sélectionneur national avant le quart de finale il devra en effet corriger beaucoup de lacunes notamment au niveau de la construction de l’attaque et la défense.

Le match face aux malgaches sera totalement différent de cette huitième de finale, a affirmé Naim Sliti. Les joueurs ont montré un bon niveau devant le Ghana on a joué sur notre véritable valeur, la qualification est mérité et nous allons maintenant travailler avec beaucoup de sérieux notre quart de finale, d’autant que l’équipe de Madagascar à montré des qualités honorables. Nous devons continuer notre chemin avec la même ambition et détermination. a-t-il affirmé