Les Aigles volés par la VAR et l’axe CAF-Maroc

Encore un vol signé la Confédération africaine de football.
Après l’Espérance Tunis en finale de la Ligue des champions de la CAF 2019, le football tunisien a dû endurer dimanche l’affront des manigances de l’exécutif de l’instance continentale.
Dans la manière dont a été fait le recours à la VAR pour annuler un penalty pourtant sacrosaint en faveur des Aigles de Carthage, on sent la redoutable machine d’Ahmad Ahmad qui s’échine pour empêcher la Tunisie d’accéder à une finale qu’elle méritait de jouer.
Bamlak Tessema a été contredit par la chambre de la VAR où le Marocain Radhouène Jiad officiait aux côtés du Français Benoit Millot.
Décidément, la fédération de Faouzi Lakjaa a la dent dure contre le football tunisien et ses représentants.
La tactique est simple: faire échouer ces représentants-là pour mieux contenir et affaiblir un football de plus en plus omniprésent sur la scène continentale. Une affaire de suprématie est tranchée dans les coulisses alors qu’elle devait l’être uniquement sur le terrain.
L’axe des complotistes CAF-Maroc ne désarme pas, et ne veut manquer aucune occasion pour mettre des crocs en jambe sur le chemin du foot tunisien.
Sur Bein Sport, le spécialiste Jamel Cherif a validé le vol commis par la VAR et les autorités de la CAF en prétendant qu’il n’y avait pas penalty.
La page de la coupe d’Afrique est tournée.
A quand le nouveau vol signé CAF ?